“Le temps de l’alternance”

Par M.Neugnot • 15 sept 2010 • Categorie: Accès direct, Actions régionales, Non classé

Interview Michel NEUGNOT par Cyril BIGNAULT journaliste au Bien Public le 12 sept. 2010

Vous êtes le secrétaire fédéral du PS de Côte-d’Or. Quand connaîtrons-nous vos candidats aux cantonales ?

« Les dépôts de candidature ont lieu jusqu’à mardi. La commission en charge des élections, que j’anime avec Jean-Claude Robert (leader des Forces de progrès au conseil général) se réunit le 15 septembre pour faire le point. Le vote des militants PS interviendra le 30, puis la convention nationale du 9 octobre validera définitivement l’ensemble des candidatures socialistes et celle soutenues par le parti.»

Quels cantons vous posent problème ?

« Notre premier principe est de soutenir l’ensemble de nos candidats sortants qui se représentent. Le problème se pose quand le sortant n’y retourne pas. C’est le cas à Auxonne. C’est l’un des cantons sensibles sur lequel nous allons être très vigilants…»

On entend que sur le canton de Mirebeau, il pourrait y avoir plusieurs candidatures à gauche ?

« En effet, il y’en a plusieurs possibles. Mais, on va travailler avec ces candidats potentiels et il n’y aura qu’un investi par le PS. (…) »

Pourrait-il y avoir des candidatures communes avec le PCF ou Les Verts ?

« J’ai déjà rencontré les écologistes et je discute également avec les communistes. On va voir ce qui peut être fait. J’ai également rencontré les radicaux de gauche, mais c’est un peu différent car ils ont un candidat sortant… »

Justement, quelles relations entretenez-vous avec le PRG ?

«  Il n’y a pas de difficulté particulière puisque leur conseiller général Robert Grimpret a dit clairement qu’il se représentait sur Montbard… »

Pourtant, le président du PRG, Patrick Molinoz ne semble pas très chaud pour que Christelle Silvestre soit sa suppléante…

« J’ai  lu ça en effet. Mais quand je l’ai rencontré, je lui ai dit clairement que si Robert Grimpret y retournait, ce serait elle la suppléante…»

Et Didier Martin, ancien conseiller régional PRG, va-t-on lui trouver une place ?

« On va voir…Le but pour le PS est de gagner ces élections. Depuis 1982, la droite est à la tête du département. On voit bien que l’équipe à droite se délite quelque peu. C’est la courroie de transmission du gouvernement et force et de constater que le président du conseil général actuel est quand même un des meilleurs supporters de Sarkozy. Il laisse croire que tout va pour le mieux alors que les collectivités locales et territoriales souffrent de la réforme fiscale (…) Le temps de l’alternance est venu. Nous aurons à cœur de montrer aux Côte-d’Oriens qu’une autre politique est possible avec une équipe de jeunes élus alliés à d’autres plus expérimentés comme Jean-Claude Robert. La politique menée par le président actuel vise à faire des promesses avec des chèques en bois, territoire par territoire… »

Pourtant, les élus de gauche concernés les signent, ces contrats Ambitions Côte-d’Or…

« Naturellement, car ces contrats concrétisent des accords de subventions déjà attribuées. Je donne un exemple : dans le cadre de l’aide à l’assainissement, il y avait un dû de subventions à de nombreuses communes. Alors qu’il aurait dû être payé immédiatement, le Département l’a étalé sur 10 ans. A terme, en raison de la réforme fiscale, ce seront les communes qui payeront les conséquences. Le contrat Ambitions Côte-d’Or, ce n’est pas un centime de plus apporté à ces territoires, c’est de la communication. (…) »

Vous faites partie du conseil national du PS et Dijon accueillera le 2 octobre son forum sur la sécurité.  Quel est votre sentiment sur les expulsions engagées par le gouvernement ?

« Ma position est très claire : nous sommes dans un Etat de droit. Les maires, qui proposent des solutions alternatives, doivent faire en sorte que la loi soit respectée quand un terrain est occupé. Mais cela doit être fait avec toute la dignité. Ce qui n’est pas le cas avec le gouvernement. Quand, dans un camp, on casse une caravane à coup de pelleteuse, avant des expulsions manu militari, on voit bien que l’on est dans la politique de la communication et non dans la gestion d’un dossier qui est compliqué. (…) Ce que nous condamnons aussi, c’est l’amalgame qui est fait entre des gens du voyage, qui pour l’essentiel sont Français depuis de nombreuses générations, et la problématique de l’accueil d’Européens. Et nous ne sommes pas les seuls à réagir : l’Union européenne et même le pape. Je ne pense pas que ce soit un gauchiste flamboyant… »

François Patriat se bat pour une candidature de Dominique Strauss-Khan en 2012. Cette position ne crée-t-elle pas des problèmes dans la majorité régionale ?

« Non. François a toujours eu des batailles pour tel ou tel leader socialiste… »

Et vous, quel(le) serait vous votre favori(te) ?

« On verra…J’ai soutenu Jospin, Ségolène Royal. Je ne me suis jamais défaussé. Et chacun s’engagera derrière son candidat. Ce qui est important, c’est que tout le monde soit d’accord sur la règle du jeu des primaires. Ce n’était pas le cas la dernière fois avec une polémique sur le droit de vote des adhérents à 20 euros… »

Ne croyez-vous pas que d’ici les primaires, la belle unité affichée à La Rochelle explose ?

« Honnêtement, je ne crois pas. On peut avoir des avis différents et être unis sur un objectif. L’enjeu est de mettre fin au règne de Sarkozy qui date de 2002, que cette politique, un simulacre de démocratie, cesse rapidement dans l’intérêt de la France et des Français. »

Tags:, , , , , , ,

Laisser un commentaire

Electoblog basé sur Wordpress © 2017 Inovagora