Interview avec le Bien Public

Par M.Neugnot • 31 août 2009 • Categorie: Accès direct, Actualités de Michel Neugnot, Refléxions politiques

Edition du Bien Public du 02 août 2009 - l’interview du dimanche est consacré à Michel Neugnot. Retour sur l’intervention du Premier secrétaire de la fédération du parti socialiste de Côte d’Or.

Prêt pour une campagne

Que pensez-vous de ce qui se passe au PS ?

Après une élection présidentielle perdue, c’est très compliqué. C’est encore plus compliqué parce que nous avons eu un congrès difficile et que nous avons un problème de leadership.

Au niveau des fédérations, il y a une volonté très forte de remonter la pente et de s’adresser à l’ensemble de nos concitoyens pour construire une alternative à la politique du gouvernement.

Que faut-il faire ? Débarquer Martine Aubry ?

Je ne sais pas si un changement de personne changera réellement la situation.

Vous dites qu’il y a un problème de leadership ?

Après notre congrès, on s’aperçoit que la réponse apportée lors du congrès ne correspond pas à l’attente des Français.

Faut-il un autre congrès ?

Il faut que l’on soit à l’écoute de nos concitoyens et que l’on prenne en compte leurs attentes. Un certain nombre de démarches sont nécessaires. Il en va de la responsabilité de chacun. Je pense qu’avec  les élections régionales qui se profilent, nous pouvons avoir des travaux  pratiques en la matière et trouver une façon de rebondir à travers la méthodologie mise en place à cette occasion.

C’est-à-dire : on oublie le national et on se concentre sur le régional ?

Ce n’est pas réellement cela. Je pense que les Français sont très inquiets sur leur situation actuelle et sur l’avenir. Nous entrons en plein dans la crise, dans le dur des fermetures d’usines et nous avons une rentrée de septembre qui va amener beaucoup de jeunes sur le marché du travail parce qu’ils n’ont pas de perspectives. Nous sommes dans une situation où nos concitoyens attendent des réponses par rapport à leur vécu quotidien et à leurs craintes.

Faut-il, dans ce cas, afin de préparer 2012, engager des primaires ?

Il y a déjà un lien qui est à reprendre avec l’ensemble de nos concitoyens et une période électorale est toujours une occasion pour le faire. Quant à la situation nationale, je pense qu’il faut, dans le même temps, mener la réflexion sur le projet socialiste pour la France que l’on va proposer et penser une autre méthode de désignation de celui qui, en 2012, portera les espoirs de la gauche à travers notamment les primaires. Les deux débats doivent être menés de front. On ne peut opposer l’un à l’autre.

Les primaires, c’est donc une bonne idée ?

Je pense que c’est une bonne idée. J’ai toujours été pour. Mais pour faire des primaires, il faut être en contact avec des partenaires. Il faut une ouverture, une certaine modestie. Nous n’avons pas forcément la solution en notre sein. Il faut faire en sorte que la gauche puisse se rassembler et éviter le choc de 2002. Nous sommes toujours sous les effets de ce choc de 2002. Ce système des primaires est à discuter et adapter avec l’ensemble de nos partenaires.

Un mot sur la candidature de François Patriat pour ces élections régionales de 2010 ?

Cela passait par une première étape : rassembler l’ensemble des socialistes. Ce qui est le cas puisque ceux qui étaient en situation de lui contester le leadership sont tombés sur un accord pour que François Patriat soit candidat, dans un premier temps, auprès des militants puis des Bourguignons. C’est une bonne chose que les socialistes se rassemblent rapidement en Bourgogne. Une primaire au sein du PS aurait pu semer quelques troubles. Si on veut l’unité au sein de la gauche, il faut faire l’unité au sein de notre parti.

Tags:, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Electoblog basé sur Wordpress © 2018 Inovagora