Vote du 12 mars : à l’unanimité la fédération de Côte d’Or vote contre

Par M.Neugnot • 12 mar 2009 • Categorie: Accès direct, Actions nationales

A l’unanimité, au soir du 10 mars 2009, les membres du conseil fédéral appellent à voter :

  • Pour le texte « Donner une nouvelle direction à l’Europe », signe de l’unité retrouvée de notre parti sur l’Europe
  • Contre la liste proposée afin qu’elle soit retravaillée conformément à nos statuts.

J’ai décidé, au titre de premier fédéral de Côte d’Or, de transmettre un courrier à notre premier secrétaire, Martine Aubry, afin de rendre compte de la prise de position de nos camarades de la motion C et d’ y joindre un résumé de nos débats lors du conseil fédéral du 10 mars dernier.


Lettre à notre 1re secrétaire, Martine Aubry

Chère Camarade,

Je tiens par la présente à te rendre compte des débats et décisions prises au cours de notre conseil fédéral du 10 mars, à l’unanimité des 4 courants (A, C, D et E) qui composent notre direction fédérale depuis le congrès de Reims.

Après avoir rendu compte du mandat qui m’avait été confié par notre dernier conseil fédéral pour défendre la candidature de Pierre Pribetich, mon vote au conseil national et ma lettre aux militants en date du 5 mars n’ont soulevé aucune objection.

Après un échange sur la nouvelle liste proposée au vote des militants, consécutive à la démission de Pierre Pribetich et Safia Otokoré, les membres du conseil fédéral ont appelé à voter contre à l’unanimité. Cette posture ne doit en aucun cas être interprétée comme une sanction contre la direction nationale, à laquelle participent aujourd’hui tous les courants de notre parti.

Au-delà de la volonté unanime de la fédération de Côte-d’Or de voir Pierre Pribetich en position éligible, par ce vote, le conseil fédéral souhaite voir la direction de notre parti retravailler la liste Est afin qu’elle réponde mieux aux critères de rénovation que tu as énoncés le 1er février devant les secrétaires de section, qui ont été repris par Arnaud Montebourg dans sa première lettre de la rénovation.

De plus, la fédération de Côte-d’Or me mandate pour te demander de bien vouloir vérifier la recevabilité de la candidature du 4e de la liste, au regard de son ancienneté dans le parti. Si tel n’était pas le cas, le conseil fédéral m’a demandé de faire valoir le droit auprès des instances du parti compétentes.

Nous sommes conscients des difficultés qui nous attendent d’ici le 7 juin. Il n’est pas certain que la reconstruction du parti que tu engages nous permette d’être en capacité d’offrir dès maintenant un débouché politique à la crise sociale actuelle. Nos élus locaux, implantés et reconnus par toutes et tous, seront autant d’atouts dans une campagne dont le sujet, l’Europe, est perçu comme lointain, voire cause de nombreux maux.

C’est pourquoi la fédération de Côte-d’Or souhaite que ce vote négatif conduise notre parti à bonifier la liste Est à l’aune du respect de nos statuts et d’une meilleure représentation des territoires, ce qui n’est en aucun cas antinomique des autres critères de rénovation que tu as énoncés.

Enfin, concernant le texte, également soumis au vote des militants le 12 mars prochain, après avoir regretté l’absence de démocratie participative dans son élaboration et le manque de lecture commune et convergente de certaines propositions issues du Manifesto, le conseil fédéral approuve néanmoins à l’unanimité ce texte, jugé nécessaire au combat pour nos valeurs contre la droite.

Amitiés socialistes

Michel NEUGNOT

Lettre aux militants socialistes de Côte-d’Or

Chèr(e)s Camarade,

Au cours de notre dernier conseil fédéral du 28 janvier, la fédération de Côte-d’Or a été unanime pour soutenir la candidature de notre camarade Pierre Pribetich, député européen sortant, en position éligible sur la liste socialiste de la région Est.

Une candidature légitime

Devenu député européen à mi-mandat, Pierre a été très présent et efficace au Parlement européen. Au sein du PSE, il a su conquérir en peu de temps l’estime et le respect de tous ses pairs. D’autre part, élu dijonnais, il a répondu à toutes les sollicitations, en Bourgogne et au-delà pour expliquer, toujours expliquer le rôle de l’Europe et les positions des socialistes européens.

Une candidature qui répond aux critères de la rénovation

Porter cette candidature et la défendre dans la région Est était pour moi encore plus naturel après le rassemblement national des 1ers secrétaires de section du 1er février. En effet, au nom d’une rénovation demandée par tous, notre 1re secrétaire nationale, Martine Aubry, s’exprimait ainsi : « …Nous allons proposer des règles, mais nous espérons réellement que ce sont les premiers fédéraux, dans chaque grande région, avec les grands élus, qui seront capables de nous proposer une liste, une liste pour gagner les élections européennes. Et moi je serai heureuse si ici, au national, nous n’avons pas besoin de trancher, si les camarades sur le terrain se sont dit : Voilà ceux qui, quelle que soit la motion à laquelle ils appartiennent, même si la proportionnelle est la règle, doivent nous représenter. »

J’étais d’autant plus confiant après la réunion de concertation de Strasbourg du 13 février qu’Arnaud Montebourg déclarait à propos des listes socialistes aux européennes dans la lettre du secrétariat national à la rénovation que : « …Le Deuxième axe de la réforme, investir les institutions européennes, c’est aussi construire un rapport avec le terrain. Ancrés dans des régions bien définies, nos élus européens devront notamment s’astreindre à des comptes-rendus de mandat réguliers et à assurer des permanences. C’est une nouvelle manière d’assurer l’implantation de l’esprit européen sur nos territoires. C’est aussi une façon de montrer qu’il existe au sein de l’Union européenne une droite et une gauche qui ne font pas les mêmes choix. Enfin, nos listes doivent ressembler à la France dans la pluralité des origines des Français (…) »

Par son comportement d’élu européen récent, Pierre Pribetich donne le sentiment d’avoir anticipé la rénovation telle que définie par la nouvelle direction nationale. Tout semblait donc se dérouler comme un « long fleuve tranquille » jusqu’à la fameuse nuit qui précéda le conseil national du 28 février dernier. Pierre Pribetich était relégué en 6e position, « doublé » dans la nuit par deux camarades qui à coup sûr ne répondent pas à l’ancrage territorial souhaité et qui, en tout état de cause, ne bénéficient pas du soutien appuyé de 1er secrétaires fédéraux ni de grands élus.

Une liste qui ne respecte ni nos règles ni nos statuts

Les noms proposés par la direction nationale m’ont d’autant plus surpris que leur implantation dans l’Est reste à démontrer et que, concernant le camarade « bourguignon » placé en 4e position, adhérent au Parti depuis 2000, il le quitta pendant plusieurs années pour ne revenir qu’en 2008. Sa présence sur la liste est  contraire à nos statuts qui demandent à chaque candidat d’avoir au moins trois années consécutives d’adhésion au parti pour être candidat aux européennes.

Un vote contre au conseil national du 28 février

C’est pourquoi j’ai décidé, au nom du mandat que le conseil fédéral m’a confié et compte tenu des circonstances que je viens d’exposer, de voter contre la proposition de liste faite au conseil national. Auparavant, je n’ai pas manqué de m’exprimer pour exposer mon point de vue à la tribune du conseil national.

Un vote contre le 12 mars prochain pour revoir la copie

Comme 1er fédéral, je connais les difficultés d’élaboration des listes. Je sais les imperfections de l’exercice et les blessures voire les rancœurs personnelles que cela peut engendrer. J’ai aussi vécu des périodes de doutes, avant le résultat final de l’élection, sur le choix proposé. Mais en toute circonstance, je me suis appuyé sur nos règles internes et sur la méthode choisie par la direction nationale de notre parti.

C’est pourquoi j’appelle tous les militants de Côte-d’Or à se mobiliser massivement le 12 mars prochain dans leur section et à voter contre la liste proposée par le conseil national afin que la copie soit retravaillée en tenant davantage compte des réalités de terrain.

Une élection que nous devons gagner

Ce sera, comme toujours, une élection difficile pour le Parti socialiste ; d’autant plus difficile qu’il y a 5 ans, nous avions réalisé un très bon score dans notre département avec 32,5%. Nous devons mettre toutes les chances de notre côté avec une liste aux couleurs de nos territoires.

Je compte sur toi.


Amitiés socialistes

Michel NEUGNOT

Lettre des camarades de la motion C « Un Monde d’avance »

Chers camarades,

On nous dit qu’il faut changer le logiciel de notre parti et ses pratiques de représentation ! On nous dit que les députés européens doivent être ancrés dans des régions bien définies pour implanter l’esprit européen dans nos territoires. Mais où est donc, aujourd’hui, la traduction de ces déclarations dans la liste qui nous est présentée, hormis la vision de « sortants-sortis » ?

Inutile de vous dire que le positionnement de la motion C, ici en Côte d’Or, fait grincer des dents au niveau national, même et surtout au sein de notre propre motion, celle-ci étant globalement satisfaite des résultats nationaux.

Qu’importe. En concertation avec nos camarades, nous avons décidé unanimement de nous prononcer contre cette liste européenne du grand Est et d’appeler nos camarades à voter non à cette liste.

J’entends déjà des voix nous dire que nous avons été instrumentalisés !! Mais nous leur disons que, nous souhaitons, en conscience, réaffirmer quelques uns de nos principes fondamentaux et faire respecter nos idées au sein de ce parti quels que soient les logiques d’appareil et sans langue de bois.

Nous aurions pu voter cette liste pour une seule bonne raison : la place en n° 2 de notre camarade Liem Hoang Gnoc, brillant économiste dont la compétence et la pertinence ne sont plus à démontrer.

Mais, même cette satisfaction, n’a pas suffi à faire pencher la balance. Nous ne voterons donc pas cette liste pour plusieurs raisons :


-         La première raison, c’est la place réservée à Pierre Pribetich (6ème)  sur cette liste. Nous savons tous, bien évidemment qu’il n’a pas démérité et qu’il a accompli son mandat de façon exemplaire. Nous rappelons que nous avions soutenu sa candidature. Nous nous interrogeons donc sur les motivations et les raisons de ce choix de la Direction Nationale… ou de la motion A ?


-         La seconde raison, c’est la présence de notre camarade de Saône et Loire, que personne ne connaît d’ailleurs,  mais qui manifestement obtient une bonne place, mais de manière irrégulière, semble-t-il, ce qu’au nom de la rénovation des pratiques que nous appelons de nos vœux depuis bien longtemps déjà, nous ne pouvons cautionner.


-         La troisième raison, c’est notre interrogation à voir poindre sur cette liste notre camarade Aurélie FILIPETTI, déjà députée de Moselle, qui figure en belle place, sous prétexte d’assurer ses arrières, sa circonscription pouvant être redécoupée à son détriment !

C’est pourquoi, en dépit de la satisfaction générale au niveau national, nous ne souhaitons pas cautionner ces méthodes d’appareil qui, par des dosages subtils et une alchimie que peu maîtrisent dans ce parti, finissent par des compromis boiteux. Ce que nous refusons ici, c’est d’une part la façon dont on considère, au Parti Socialiste, que chaque scrutin à la proportionnelle doit être la chasse gardée des courants et des écuries, et d’autre part la façon dont ces mêmes courants sélectionnent leur propre élite.

Nous n’acceptons pas la logique clanique, qui veut que guère plus d’une quinzaine de responsables politiques ont droit de vie ou de mort électorale sur l’ensemble des talents que comptent notre parti. Les petits progrès obtenus en matière de non cumul des mandats nous paraissent bien faibles au regard de cette logique.


Amitiés socialistes

Les camarades de la motion C « Un Monde d’avance »

Tags:, , , , , , ,

Laisser un commentaire

Electoblog basé sur Wordpress © 2017 Inovagora